Pas de réussite sans une bonne estime de soi !

Article publié le 18 novembre 2019

Avez-vous suffisamment une bonne estime de vous, pour réussir dans la vie ?

L’estime de soi : une des composantes de la réussite

Certaines personnes donnent l’impression d’évoluer dans l’existence avec une facilité déconcertante. Elles réussissent leur vie amoureuse, leur vie professionnelle… en somme tout ce qu’elles entreprennent. Elles ont des objectifs élevés qu’elles atteignent, tandis que d’autres restent sur le bord du chemin en accumulant les échecs.

Devant ces vies qui semblent se dérouler facilement, certains parlent de la connaissance de soi, de cette fameuse maxime « connais-toi toi-même » qui serait la clé de notre épanouissement. D’autres vantent les mérites de l’estime de soi ou de la confiance en soi.

En fait, trois piliers composent l’estime de soi : la confiance en soi, l’amour de soi et l’image de soi.

Aucun de ces trois piliers n’est supérieur aux autres, car ces trois éléments sont tout simplement complémentaires. L’un ne va pas sans l’autre, comme les nœuds borroméens que l’on peut déformer à loisir, et qui restent toujours entremêlés. Ils ont la même valeur, mais il suffit qu’un seul soit détaché pour que les deux autres se désolidarisent immédiatement.

Pourquoi donner des noms différents à des notions si proches ? Parce que ces trois concepts se situent à la croisée des domaines de l’émotionnel, du cognitif et du comportemental et qu’ils présentent des temporalités, des modes d’acquisition et des utilités sensiblement différents, ce qui explique leur complémentarité.

Tout commence très tôt dès les premiers jours de la vie, car la première compétence qu’un nouveau-né doit acquérir, c’est la confiance en l’autre.

De la confiance en l’autre à la confiance en soi

Aucune confiance ne peut se construire sans un environnement sécurisant, comme le soulignait le psychologue Abraham Maslow. La base de tout épanouissement personnel commence par la satisfaction des besoins physiologiques et des besoins de sécurité. C’est l’amour inconditionnel des parents, leur bienveillance, leurs regards, leurs caresses, leur absence de jugement négatif et leurs encouragements pendant les premiers apprentissages qui vont permettre à l’enfant de prendre confiance en lui. Cette base est indispensable à une ouverture au monde.

« Tu vas réussir », « Tu en es capable », « Je crois en toi » … Ces trois phrases sont celles qui permettent à l’enfant d’avoir un avis positif sur lui-même. Elles l’encouragent à s’aventurer chaque jour un peu plus loin et s’il échoue, des paroles réconfortantes, qui ne remettent pas en question sa valeur, lui permettront de refaire des tentatives jusqu’au succès.

C’est cette confiance en sa propre personne qui va lui permettre d’affronter sereinement les premières relations avec ses pairs (sa fratrie, ses camarades). Si le socle est solide, cette étape se passera bien même si elle est parfois difficile.

La confiance en soi se classifie plutôt dans le domaine du cognitif et du comportemental. C’est elle qui nous permet d’agir dans des situations nouvelles, en prenant suffisamment de recul pour jauger objectivement, et de manière ponctuelle, les ressources dont nous allons avoir besoin. C’est notre meilleure alliée pour oser relever des défis.

Avoir une bonne confiance en soi c’est savoir que qu’elles que soient les épreuves que la vie mettra sur notre chemin, on fera face et que jamais on ne laissera tomber.

De l’image de soi à l’acceptation de son image

Une bonne image de soi permet de résister aux aléas des premières confrontations au regard de l’autre et à son évaluation physique. De trouver son style dans les critères de beauté qui gouvernent notre monde. L’humain aime ce qui est beau et même si la beauté s’apprécie d’une manière très personnelle, notre société impose des critères de beauté qui ne correspondent pas à tout le monde. Avoir une mauvaise image de soi impactera forcément, dans certaines situations, sur la confiance en soi et in fine sur l’amour de soi.

Aujourd’hui la forte augmentation du nombre d’intervention en chirurgie esthétique est un des critères qui démontrent l’importance que nous accordons à l’image extérieure que nous donnons.

"dépendance de l'image de soi"

dépendance de l’imagede soi

Même si l’intervention de chirurgie esthétique reste une solution dans certain cas, n’oublions pas que ce sont nos différences physiques qui contribuent à notre identité et notre personnalité. Alors dans la mesure du possible acceptons d’être particulier et voire même singulier.

De l’amour de soi à l’amour inconditionnel

La célèbre phrase « Connais-toi toi-même » que Socrate avait relevée sur le frontispice du temple de Delphes a traversé les temps et même si aujourd’hui, elle a perdu son profond sens spirituel, elle reste la pierre angulaire de notre développement personnel. Sans une réelle introspection, nous ne pouvons pas repérer nos véritables forces et faiblesses.

Platon pensait que cette connaissance de soi était la démarche la plus difficile pour l’homme puisqu’elle n’est jamais acquise. Nous évoluons tout au long de notre vie, elle ne peut pas rester figée une fois pour toutes. Au contraire, elle nécessite que nous nous penchions sur nous-mêmes, de manière régulière, pour nous redécouvrir. Cette introspection est particulièrement souhaitable lorsque nous devons faire face à de lourdes épreuves qui peuvent nous faire douter et faire vaciller notre assurance. Une évaluation négative de nous-mêmes vient souvent après le constat d’un échec. Il faut alors identifier les pensées négatives qui nous poussent à nous juger sans bienveillance.

C’est cette connaissance qui va nous permettre de nous accepter tels que nous sommes sans jugement de valeur afin de construire une bonne image de soi et de la confiance en soi.

Se connaître soi-même, c’est bien connaître ses capacités pour éviter de se lancer dans un défi pour lequel nous n’avons ni les compétences ni l’endurance pour aller jusqu’au bout. Mais c’est surtout oser entreprendre ce dont nous sommes capables.

L’amour de soi c‘est de s’aimer d’une façon inconditionnelle. Avec ses hauts et ses bas, ses défauts et ses qualités. Ses capacités, ses faiblesses et ses limites.  C’est d’accepter, avec bienveillance, d’être imparfait.

L’évaluation d’un jugement personnel

L’estime de soi se situe à la croisée de l’émotionnel, du cognitif et du comportemental. Relevant du domaine de l’autoévaluation, elle est subjective et multidimensionnelle et répond sur un jugement personnel de soi-même.

On peut avoir une bonne estime de soi concernant son aspect physique, son statut social et/ou ses compétences sportives… L’importance que nous allons donner à nos propres estimations de nous-mêmes et la manière dont nous allons nous positionner par rapport au regard des autres relèvent plutôt du domaine cognitif.

L’estime de soi révèle notre capacité à nous accepter et à nous aimer tels que nous sommes. Elle nous libère du regard des autres, de leur jugement et de leur évaluation. Elle vient souder la confiance et la connaissance pour les rendre indissociables.

En résumé

Vous l’aurez compris pour avoir une bonne estime de soi il faut prendre en compte l’amour que l’on se porte, l’image que l’on a de soi et la confiance en soi.

Pour prendre conscience de son niveau d’estime de soi on peut s’autoévalué sur une échelle de 1 à 10. Sachant que 1 est la valeur la plus faible et que 10 est la valeur la plus élevée.

Ensuite, il suffit de se poser la question suivante :

 « Quelle action je peux mettre en place pour passer à la valeur supérieure ? »

Une simple petite action suffît pour améliorer l’estime que l’on a de soi.

Pour donner une puissance à cette action, il faudra l’organiser. Et là aussi rien de mieux que des questions pleines de bon sens :

Je commence quand ? Avec qui ? où ? comment ?

Step by Step est la meilleure façon d’avancer.

Avec passion

Sabine MASSON

 

Ce thème, au combien important dans la vie de chacun, fera l’objet d’autres billets, alors pour ne pas zapper leur diffusion, n’oublies pas de t’abonner à la newsletter.

 



3 réponses à “Pas de réussite sans une bonne estime de soi !”

  1. bourdais dit :

    article intéressant sur un sujet passionnant. votre grille d’évaluation est judicieuse il me semble qu’il faut l’appliquer d’une façon régulière.

  2. Pena Leduc Valérie dit :

    L estime de soi est une base de notre construction personnelle. Tellement importante que cet article nous éclaire. Se poser les bonnes questions, y réfléchir. J aime l’ échelle d’auto évaluation.

    • sabinemasson dit :

      Bonjour Valérie, l’estime de soi est LA base la + importante de notre développement. Elle prend racine dans l’enfance (et bien avant). L’échelle d’évaluation permet une prise de conscience. Après et pour aller + loin ce qui est important est : ce que je vais de ce que je sais?
      A méditer ou se faire coacher. L’estime de soi se travaille.
      Merci pour cet échange

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *