QA et coronavirus

Article publié le 8 avril 2020 - Tags: ,,,,,


Le coronavirus mobilise notre quotient d’adversité, notre résilience.

 

Allô, mental t’es Ok ou pas Ok !

Nous traversons aujourd’hui une grande crise sanitaire. Dans cette période difficile, il est très important que vous preniez conscience de vos pensées et de leur puissance afin de ne pas vous laisser abattre, perdre le moral et glisser vers une mauvaise pente. Mais bien au contraire, tenir bon MAINTENANT et vous préparez à l’APRÉS Coronavirus.

Alors réagissez !

MAIS comment ?

  • En augmentant votre niveau de quotient d’adversité.

 Mais c’est quoi le quotient d’adversité ?

Le niveau de quotient d’adversité (QA) correspond à vos capacités à faire face lorsque des difficultés surviennent dans votre quotidien. C’est en quelque sorte une autre manière de mesurer l’estime de soi. Il est complémentaire du quotient intellectuel (QI) et du quotient émotionnel (QE).

 

Pour élever notre QA, nous devons accepter que notre vie est unique et ne jamais la comparer à celle des autres.

Certains resterons cloîtrés chez eux plus par la peur de la maladie que par les consignes données.

Quand d’autres auront des gestes de solidarités qui les feront prendre des risques pour les autres (faire les courses pour soi et ses voisins) les professionnels de santé, les caissières, les livreurs, les boulangers, les policiers, etc…

Pas de jugement, chacun écrit son histoire personnelle d’aujourd’hui selon les influences de son passé. Chacun a sa façon de vaincre l’anxiété. Le principal est d’être toujours là au moment où ce virus, lui, ne sera plus. Beaucoup en profiterons pour réécrire leur histoire personnelle, parce que je pense qu’il y aura un avant et un après le coronavirus.

Comme le disait si justement le physicien danois Niels Henrik David Bohr « Chaque grande et profonde difficulté porte en elle sa propre solution. Elle nous oblige à changer notre façon de penser afin de la trouver ».

 

C’est dans la connaissance de nous-mêmes avec la prise de conscience de tout le potentiel que nous recelons que nous pouvons chasser nos peurs et notre culpabilité.

 Le quotient d’adversité n’est pas inné, mais il peut et il doit être cultivé.

  • Par la résilience

À quoi elle sert la résilience ?

La résilience nous permet d’aborder la vie en étant plus résistants face aux difficultés qui la jalonnent.

Elle consiste à laisser derrière nous toutes les souffrances que nous avons endurées pendant notre enfance ou notre adolescence mais aussi dans les situations parfois difficiles que nous avons rencontrées dans notre vie, en transformant une mauvaise expérience en une force créative, en créant des mécanismes de défense.

Cette prise de conscience est parfois complexe. C’est un apprentissage de tous les jours. Nous devons parvenir à considérer les événements de notre existence, heureux ou douloureux, comme des expériences toujours enrichissantes. Enrichissantes ? Cela peut être difficile à admettre  en ce moment vue la situation dramatique dans laquelle nous nous trouvons mais pourtant ce sont ces situations qui vont nous insuffler le courage de chercher une solution lorsque nous sommes confrontés à un problème.

 

Alors quel est votre niveau de résistance à l’adversité lorsque vous rencontrez des problèmes ?

 Si votre niveau de quotient d’adversité est plutôt élevé, vous allez être acteur dans la gestion du problème. Vous allez garder votre optimiste en vous rappelant des défis passés.  Vous allez faire focus sur la (les) solution(s) plutôt que sur le(s) problème(s). Si en plus vous avez effectuer un travail de développement personnel qui vous permet de bien vous connaitre, vous identifiez plus facilement les pièges que nous nous tendons lorsque surviennent des changements et des obstacles.

Ce qui servira pour évaluer l’impact des réactions à l’adversité sur la santé mentale, émotionnelle et physique.

Les personnes avec un QA élevé auront davantage la capacité à :

  • transformer les changements inattendus et les difficultés en possibilités ;
  • modifier les réactions automatiques d’impuissance et de dépression ;
  • éliminer le blâme ;
  • augmenter sa productivité et sa créativité en période de stress et de changement.

Par contre si votre niveau est peu élevé, vous êtes plus susceptible d’être dominé par la peur de ne pas parvenir à surmonter les problèmes. Vous pouvez également penser que vous êtes un peu responsable de ce qu’il vous arrive et ressentir de la culpabilité. Vous pouvez aussi tout simplement baisser les bras en renonçant à lutter.

Le risque dans cette crise sanitaire est que ceux à quotient d’adversité peu élevé, développent davantage d’anxiété que ceux à quotient d’adversité élevé. Avec la problématique dans les semaines à venir d’une augmentation des dépressions.

 Commencez dès maintenant !

 Comme par exemple:  comment ne pas vous sentir déprimé même si vous êtes frustré.

Alors oui comment ?

  • Accepter la réalité, prenez conscience que nous ne sommes pas dans un film de science-fiction et que ce que nous vivons est bien réel. Si vous faites un déni de la situation vous ne pourrez pas vous mettre en mode mental adaptatif ! Dommage car il semblerait que nous allons vraiment avoir besoin de s’adapter au fur et à mesure de la progression du Coronavirus.
  • Acquérir une discipline personnelle, soyez votre manager coach. Observerez-vous et soyez attentifs à garder le moral. Dans le cas contraire, ne restez pas seul (sans sortir de chez vous !) je serai dispo pour discuter avec vous : contact@sabine-masson.fr
  • N’hésitez pas à faire travailler votre imaginaire, tranquillement posé sur votre canapé. Évadez-vous quelques instants et dégagez-vous temporairement d’une réalité trop intrusive et lourde.
  • L’humour est un facteur de protection, c’est bon pour la santé. Alors riez, forcez-vous à rire tous les jours. La radio diffuse de bons programmes d’humoristes.
  • Intellectualisez, passez en mode mental préfrontal. Pour vous protéger des affects de déplaisir en les évacuant pour privilégier les idées et la rationalisation logique.

 

Ce qu’en disent les neurosciences doivent, plus que jamais, être appliquées dans le contexte actuel.

STRUCTURER NOTRE MODE DE VIE AUTOUR DE 5 PILIERS :

  • Exercice physique ET seul en extérieur ou faisable de chez soi, n’oubliez pas la cohérence C’est le printemps mettez de la musique et dansez !

 

  • Apprentissage continu, lecture, jeux de société. Personnellement j’aime bien le jeu de la conversation, faisable à distance d’ailleurs : un sujet inscrit sur un bout de papier, tirage au sort et la personne à 1 minute pour parler du sujet… Créativité !

 

  • Alimentation équilibrée, le coronavirus n’est pas une excuse pour se jeter sur les bonbons ! Notre cerveau interprète peut-être ce confinement comme une punition et attention notre système de récompense nous pousse dans nos travers.

 

  • Sommeil adapté, votre nuit se prépare le jour : aérez votre chambre tous les jours et ne regardez pas BFM avant de vous coucher mais plutôt des documentaires ou films qui vous font rêver ! N’oubliez pas que c’est dans le sommeil que le cerveau se régénère.

 

  • Echanges sociaux quotidiens, Oui c’est possible : le téléphone, WhatsApp, Facebook mais aussi chanter ensemble sur les balcons.

 

En appliquant les gestes barrières et en mettant en pratique mes propos, face au Coronavirus, devenez acteur et ne vous laissez pas abattre.

Cette crise sanitaire et ce confinement Essentiel et Obligatoire, demandent à renforcer notre quotient d’adversité afin de nous protéger de certaines tendances dépressives ou anxieuses et de mettre en branle toutes nos forces pour le pendant et l’après Coronavirus.

Vous n’êtes pas votre cerveau, vous êtes bien plus ! Alors prenez la main et nourrissez votre Mindset !

Restez chez vous et profitez pour apprendre encore et encore. J’espère avoir de nombreux commentaires pour échanger avec vous.

Avec passion, Sabine Masson



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *