90% de nos décisions sont prises par notre cerveau et sans notre consentement !

Article publié le 18 novembre 2019 - Tags: ,,,,,


Les automatismes du cerveau dans nos prises de décision

Nous avons un fonctionnement performant basé sur un système autonome de nos fonctions vitales comme notre respiration, notre digestion et aussi nos décisions.

Il y a très très longtemps nos décisions primaires et vitales étaient principalement de nature à répondre à notre survie : nous reproduire, nous alimenter et nous protéger des dangers.

Aujourd’hui pour une grande majorité, nous décidons de fonder une famille, nous décidons chaque semaine d’aller au supermarché et nous décidons aux moyens nécessaires pour nous protéger d’une éventuelle agression et d’être ainsi dans un environnement sécurisé.

Depuis des siècles rien n’a changé ! Nous sommes toujours sous l’influence des automatismes de notre cerveau.

Autrement dit : se reproduire, se nourrir et rester en vie, même si l’ensemble des systèmes automatiques de notre cerveaux interagit avec ceux accessibles à notre contrôle conscient.

Comment se traduit cette influence.

Notre cerveau possède des zones spécifiques comme l’amygdale, qui est très sensible aux stimuli de notre environnement et qui reçoit nos informations sensorielles qu’elle évalue constamment. Selon ces stimuli, l’amygdale déclenche ou pas un système d’alarme afin de nous prévenir d’un éventuel danger.

En se basant par exemple sur des stéréotypes.

Visualisez plutôt, vous êtes un soir dans une rue sombre et vous y croisez un individu au comportement intrigant et portant une capuche. Cette situation a pour effet de déclencher en nous un programme automatique « alerte, danger potentiel » de notre cerveau – l’amygdale. Nous serons alors plus susceptibles de prendre la décision de nous méfier de cette personne, parce que « ce genre d’individu a mauvaise réputation » – stéréotype. Du coup, nous nous sentons en danger.

S’ensuivra une réaction qui déclenchera notre comportement à la situation avec des effets physiologiques tels que : transpiration, accélération du rythme cardiaque…

 

Cette influence est-elle totalement hors contrôle ?

C’est le fait de prendre conscience de nos systèmes d’automatismes qui nous permet d’avoir un certain contrôle, d’en atténuer les effets et de prendre en toute conscience la bonne décision.

 

Se laisser guider a aussi des avantages !

Ces automatismes nous font aussi économiser sur notre consommation d’énergie.

Imaginez-vous la dose d’énergie à déployer s’il nous fallait pour chacun de nos actes de la vie courante décider des mouvements.

Par exemple le matin, pour se laver les dents s’il fallait réfléchir et décider pourquoi et comment se laver les dents et avec quelle main, dentifrice ou pas ?

Ouf, quelle perte de temps, nous serions bien vite épuisés !

Notre cerveau, plutôt notre super cerveau pour être efficace dans ses automatismes se repose sur des fonctions essentielles comme la rapidité, la prédiction et l’anticipation, en tenant compte des preuves qu’il accumule et des situations qu’il identifie dans notre environnement.

 

Mais restons vigilants car ces automatismes sont une des raisons pour laquelle certaines de nos décisions peuvent être faussées.

Alors portons notre attention, car le cerveau délègue des tâches importantes à des automatismes parfois primaires, prenons-en conscience dans le choix de nos décisions !

 

Avec Passion

Sabine MASSON

 

Abonne-toi à la newsletter pour ne pas manquer les prochains articles.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *